#Presidentielles2017

Lettre d’Angleterre

J’ai cru que la doctrine et l’histoire d’un peuple si extraordinaire méritaient la curiosité d’un homme raisonnable.

Voltaire, 1734, Lettre d’Angleterre.

Je ne suis certes pas Voltaire, mais, peut-être puis-je prétendre être un homme raisonnable?

J’habite Liverpool depuis 15 ans. Les événements politiques en Angleterre durant les 12 derniers mois sont extraordinaire, et, particulièrement important à considérer à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle française.

Ce qui se passe ici, c’est une dislocation de la société, travaillée par les mensonges et la haine. Avec la légitimation toujours plus grande d’un discours qui fait appel à « la volonté du peuple » pour « écraser les saboteurs » . Un discours violent qui rejette toute discussion rationnelle et informée, au profit d’un tribalisme viscéral, émotionnel et souvent xénophobe.

C’est pourquoi je tremble lorsque j’entends ce même appel au peuple, « le gros animal, un monstre qui ne connaît ni la vertu ni la raison » (Philippe Val/Socrate) chez deux candidats qui peuvent se qualifier pour le second tour (Au-Nom-Du-Peuple-LePen et La-Force-du-Peuple-Mélenchon): je suis affolé.

Ces deux candidats qui ont des amitiés particulières pour divers dictateurs.

Ces deux candidats qui partagent la volonté explicite ou implicite de détruire l’Europe et ses institutions. L’Europe qui a contribué énormément à la prospérité retrouvée de cette belle ville de Liverpool et de beaucoup d’autres régions défavorisées sur le continent. L’Europe qui a garanti la paix pendant les derniers 70 ans (un ex-dirigeant du parti conservateur a proféré des menaces de guerre contre l’Espagne à propos de Gibraltar. En Avril 2017). L’Europe qui, seule, nous donne une voix suffisamment forte pour défendre nos principes démocratiques, parler d’égal à égal avec les autres grandes puissances, qu’elles soient des états ou des multinationales, et, affronter le défi majeur du changement climatique.

L’enjeu ne pourrait être plus grand.